Chronométreur officiel
0000000
Dégradation de la fenêtre, retour en stand-by pour le Gitana Team
Les records sont ainsi faits! Après avoir basculé en code orange hier pour un potentiel départ au large de Ouessant dans les 72h, soit mercredi 18 novembre dans la journée, l’équipage du Maxi Edmond de Rothschild a vu s’envoler en 24 heures sa chance de s’élancer cette semaine sur le record du tour de monde à la voile. Ces allers-retours font totalement partie du jeu stratégique des départs sur le Trophée Jules Verne, d’autant que le record actuel détenu par l’équipage d’Idec Sport est si élevé que la «rampe de lancement» se doit d’être sans équivoque.

Hier déjà, les fichiers météos du soir laissaient entrevoir une dégradation de la fenêtre visée par le Gitana Team. Cette tendance s’est malheureusement confirmée tout au long de la journée, entraînant le retour en stand-by des hommes du Maxi Edmond de Rothschild.

« Hier, nous sommes passés en code orange avec une probabilité de départ que l’on estimait alors entre 70 % et 80 %. Nous étions dans l’attente de l’évolution de cette fenêtre pour obtenir plus de certitudes sur la connexion dans l’Atlantique Sud. Mais hier soir, c’est dans l’Atlantique Nord que la situation s’est dégradée avec l’apparition d’une dépression tropicale en travers de la route vers les alizés. Ce nouvel élément n’est pas favorable à un départ car il devrait rallonger considérablement notre trajectoire vers l’hémisphère Sud. Dans le même temps, les modèles prévoyaient également une très longue route le long des côtes brésiliennes et uruguayennes pour contourner les hautes pressions de Sainte-Helène, ce qui ne va pas dans le sens d’un record », détaillait Charles Caudrelier.

 

Au-delà de 5 jours à l’équateur

« C’est toute la difficulté de ces périodes d’avant départ ! L’envie de partir est forcément très présente, mais nous sommes au début de notre stand-by et il ne faut pas nous précipiter. Le record sera difficile à aller chercher et nous nous devons d’avoir une fenêtre de départ ambitieuse pour avoir toutes nos chances », complétait Charles.

De son côté, Franck Cammas rappelait : « Les critères de temps que nous recherchons sont dictés par les performances que nous savons à la portée du Maxi Edmond de Rothschild mais aussi en analysant les différentes séquences du record d’Idec en 2017. Le passage à l’équateur et le temps au Cap des Aiguilles sont nos premiers critères. Au-delà de 5 jours à l’équateur ce n’est plus une bonne fenêtre et c’est ce que nous proposait le routage. »

L’équipage du Maxi Edmond de Rothschild

Franck Cammas et Charles Caudrelier, skippers
Morgan Lagravière, Yann Riou, Erwan Israël et David Boileau.

Rappel des codes du stand-by

Pendant la période de stand-by du Maxi Edmond de Rothschild, que l’équipe aux cinq flèches a fixée du 1er novembre aux premiers jours de février 2021, l'annonce des changements de situation et d'un éventuel départ du bateau se fait via un système de codes couleurs dont voici la signification :

Noir : pas de départ possible avant 96h
Rouge : observation d’un départ possible entre 72 et 96h
Orange : observation d’un départ possible entre 48 et 72h
Jaune : départ probable entre 24 et 48h
Vert : départ dans les 24h

Les contenus figurant sur ce site sont protégés par le droit d'auteur.
Toute reproduction et représentation sont strictements interdites.

Pour plus d'informations, consultez la rubrique mentions légales.
Saisissez au moins 4 caractères...