Sortie d’eau et chantier de printemps pour le Maxi Edmond de Rothschild
De retour à Lorient il y a quinze jours, après sa fin de tentative de Trophée Jules Verne suite à la casse d’un safran de flotteur, l’heure est désormais au chantier pour le Maxi Edmond de Rothschild. Ce début de semaine marque en effet la sortie d’eau de la plateforme et son transfert dans la base technique du Gitana Team, non loin de la cité de la Voile Eric Tabarly. Le géant de 32 mètres rejoint ainsi ses appendices et son mât, sur lesquels l’équipe est d’ores et déjà à pied d’œuvre depuis plusieurs jours. Le rythme des saisons sportives nous invite habituellement à parler de chantier d’hiver ou encore de trêve hivernale mais cette année, du fait de son calendrier sur le Trophée Jules Verne, nous parlerons d’un chantier de printemps pour le Gitana Team! Il devrait durer un peu plus de trois mois et sera principalement consacré à la révision complète du Maxi ainsi qu’à la réparation des appendices ou encore à la mise en œuvre des optimisations actées grâce à l’expérience acquise sur les tentatives de tour du monde et les 40 jours de navigation cumulés qui l’ont accompagné.
L’expérience du Jules Verne

Cette sortie d’eau qui scelle en quelque sorte la fin de saison de l’équipe navigante, bien que nous soyons déjà en février et pleinement dans la saison suivante, était l’occasion pour Charles Caudrelier, l’un des deux skippers du Maxi Edmond de Rothschild, de nous dresser un rapide bilan du Jules Verne, cette première campagne de records autour du monde pour lui comme pour l’ensemble de l’équipe aux cinq flèches : « Il y a de la frustration de rentrer sans le Trophée c’est certain, mais le battre reste un objectif du team et les deux expériences acquises en 2020-2021 étaient super riches, même indispensables pour la suite ! Les deux navigations en équipage sur près de 40 jours, si on cumule nos deux tentatives de l’hiver, nous ont permis de franchir une nouvelle marche dans notre connaissance et notre gestion du vol hauturier. Nous allons plus vite c’est indéniable, nous avons désormais des longues phases au-dessus des 40 nœuds et forcément en atteignant de nouvelles vitesses plus élevées nous apprenons encore de nouvelles choses. Globalement, sur notre deuxième tentative nous avons eu pas mal de mer et assez mauvaise. Nous manquions d’heures de vol dans ces conditions. Nous avons pu collecter beaucoup d’informations sur le comportement du Maxi et affiner nos polaires, ce qui est essentiel pour la suite et pour gagner encore en performance à bord », assurait Charles Caudrelier avant de nous évoquer l’équipage du Maxi Edmond de Rothschild.

« Avec Franck, nous avions fait le choix de partir à six et humainement que ce soit en mer ou durant la phase de stand-by qui n’est pas évidente à gérer, ce groupe a été génial. Nous avons tous des profils assez différents mais cette diversité a été une richesse et chacun a pu apporter son plus. David Boileau, le boat-captain du bateau par exemple, nous a apporté un éclairage technique très important dans la connaissance du Maxi et notamment pour moi dans la perspective du solitaire. Chacun des équipiers est très polyvalent même s’il possède son domaine de prédilection, et le groupe a super bien fonctionné et grandi ensemble aussi. Cet équipage sera amené à repartir ensemble au large c’est certain » , confiait le marin sans détour.

Équipage et double

Avec une remise à l’eau prévue début juin, le duo à la barre du Maxi Edmond de Rothschild aura quelques semaines pour préparer les échéances sportives qui l’attendent cette année, celles tout du moins programmées à l’heure actuelle. La première d’entre elles, la Rolex Fastnet Race début août, sera l’occasion de réunir les six membres d’équipage du Trophée Jules Verne, tandis que le deuxième grand rendez-vous, la Transat Jacques Vabre, conduira Franck Cammas et Charles Caudrelier au Havre pour un départ le 7 novembre. Le point commun entre ces deux courses pourrait être qu’elles proposeront chacune un nouveau tracé et plus précisément une nouvelle destination d’arrivée. Pour la première fois de son histoire, le finish de la mythique Fastnet sera jugé à Cherbourg et non plus à Plymouth comme traditionnellement. Sur la Transat Jacques Vabre, c’est en Martinique et non plus au Brésil ou dans un pays d’Amérique Latine que la flotte multi-classes célèbrera sa fin de course. Au-delà de ce changement de taille, l’organisateur propose également des parcours différenciés et adaptés aux tailles des quatre grandes classes présentes pour cette édition 2021 de la Route du Café (Class40, Imoca, Multi50 et Ultimes).

« Nos grands bateaux sont taillés pour les records et notre tentative de Trophée Jules Verne a confirmé cela. Mais nous avons aussi cette chance d’avoir des unités polyvalentes qui nous permettent selon les saisons de basculer d’un mode à l’autre. Nous sommes heureux et vraiment enthousiastes de retrouver le mode course-régate en 2021. Sur la Transat Jacques Vabre, la concurrence va être là, avec notamment l’arrivée des nouveaux Ultimes de Banque Populaire et, nous l’espérons, celui de Mer Concept. Le parcours retravaillé est très beau et ce n’est jamais une formalité de naviguer en double sur nos géants mais ce sera un sprint malgré tout. Il va falloir pousser les bateaux. Avec le Maxi Edmond de Rothschild, nous disposons aujourd’hui d’une des plateformes les plus « anciennes » de la flotte, ce qui est vraiment selon nous un atout considérable. Ce bateau avait à mon sens un temps d’avance et même si les nouveaux Ultimes qui arrivent – et qui s’inspirent d’ailleurs beaucoup de la plateforme de Gitana 17 – vont être redoutables, nous avons l’expérience et la maturité pour nous. C’est une chance de bénéficier d’un bateau qui a su casser les codes, qui est bien né et dont la capacité de progression est encore énorme. D’autant qu’au départ de la Transat Jacques Vabre, le bateau bénéficiera de tout nouveaux appendices, que ce soit foils, safrans ou élévateur de dérive. Ces changements sont actés de longue date et s’inscrivent dans l’optimisation du Maxi Edmond de Rothschild », concluait Charles Caudrelier, tout aussi enthousiaste qu’impatient des milles qui se profilent déjà devant les étraves du géant aux cinq flèches.

Programme 2021

Chantier de printemps du Maxi Edmond de Rothschild
- Base Gitana, à Lorient
- Remise à l'eau prévue début juin 2021
 
Rolex Fastnet Race, en équipage 
- Départ le dimanche 8 août 2021, de Cowes
- Arrivée à Cherbourg
 
Transat Jacques Vabre, en double : Franck Cammas et Charles Caudrelier
- Départ le dimanche 7 novembre 2021, du Havre
- Arrivée dans la baie de Fort-de-France, en Martinique.
Les contenus figurant sur ce site sont protégés par le droit d'auteur.
Toute reproduction et représentation sont strictements interdites.

Pour plus d'informations, consultez la rubrique mentions légales.
Saisissez au moins 4 caractères...