Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 19 novembre 2019

Bientôt la fin du virage anticyclonique

Brest Atlantiques Maxi Edmond de Rothschild Franck Cammas Charles Caudrelier

Depuis deux jours, la tête de flotte de la Brest Atlantiques navigue dans les quarantièmes. Ces latitudes sud, souvent surnommées les quarantièmes rugissants du fait des vents forts qui y règnent, offrent cependant un visage beaucoup plus doux qu'à leur habitude aux skippers du Maxi Edmond de Rothschild et à leurs concurrents. Le fautif ? L'anticyclone de Sainte-Hélène, qui est descendu assez sud et qui oblige ainsi le dernier-né des Gitana à louvoyer dans un couloir étroit entre la limite des calmes caractéristiques des hautes pressions et la ligne imaginaire d'exclusion mise en place par les organisateurs en prévention des glaces. Malgré ces grandes manœuvres et des milles concédés à leurs poursuivants, Charles Caudrelier et Franck Cammas sont toujours en tête avec, à 16h, 134,8 milles d'avance sur Macif et 241,1 milles sur Actual Leader.

 

Du changement dans les classements

Hier, l'équipe de Sodebo annonçait rencontrer des difficultés suite à un choc avec un OFNI (Objet Flottant Non Identifié). Plus tard dans la journée, le temps de pouvoir évaluer plus précisément la situation, Thomas Coville et Jean-Luc Nélias faisaient parvenir des images de leur avarie par l'intermédiaire de leur mediaman. Les dégâts sont importants puisque le safran de flotteur tribord a été arraché, laissant un trou important dans le fond de coque du maxi-trimaran vendéen. Le team fera une escale technique au Cap pour décider de la suite de sa course. Cette mésaventure, qui ne laisse aucune des équipes en lice indifférente, fait aujourd'hui cependant les affaires de Actual Leader etpermet ainsi à Yves Le Blevec et à Alex Pella de s'emparer de la troisième place provisoire.

 

Du zigzag à la ligne droite

Il ne fait pas bon d'être devant en ce quinzième jour de course ! En effet, premier de cordée vers Cape Town, le Maxi Edmond de Rothschild doit tracer son sillage à coup d'empannages depuis plus de vingt-quatre heures. Des enchaînements de manœuvres dont Charles Caudrelier et Franck Cammas se passeraient bien mais qui s'avèrent pourtant nécessaires pour progresser vers la prochaine marque de parcours au pied de Table Mountain, la montagne qui domine la ville du Cap. D'autant que derrière eux, leurs concurrents ne subissent pas les mêmes contraintes météos et peuvent tout simplement rester sur le même bord à hautes vitesses ! Marcel van Triest, le routeur météo de l'équipe aux cinq flèches, nous expliquait cette situation : « L'anticyclone de Sainte-Hélène est plus sud qu'à son habitude et il se déplace actuellement vers l'Est, Nord-Est. Par rapport à notre timing et notre avance, nous avons dû nous glisser sous l'anticyclone et le contourner par son Sud avec un vent d'Ouest dans l'axe qui nous oblige à empanner pour progresser. La situation est un peu la même pour l'équipage de Macif, même si il est arrivé un peu plus tard dans le phénomène et s'est ainsi épargné plusieurs manœuvres. Derrière, l'histoire n'est pas la même. Actual et Sodebo, qui sont 3e et 4e, progressent à l'arrière de l'anticyclone avec un vent de Nord-Ouest et n'ont pas à empanner pour progresser vers le but, ils peuvent aller tout droit ! La suite : l'anticyclone va s'arrêter car il va être stoppé par l'Afrique et finalement nous allons pouvoir passer de l'autre côté. Mais avant cela nous aurons une zone de vents faibles à négocier. Un nouveau ralentissement par l'avant est à prévoir demain matin. »

Selon les derniers routages, le Maxi Edmond de Rothschild devrait atteindre le Cap et Robben Island, la deuxième marque de parcours officielle de la Brest Atlantiques, demain en fin de journée, soit un peu moins d'une semaine après avoir laissé Rio de Janeiro dans son sillage. 

=> VIDEO DU JOUR 

Bricolage et partage des tâches

Le double, qui plus est sur de telles machines, est un exercice à part en course au large. Les marins disent souvent que cela s'apparente à du solitaire en relais, hormis pour les grandes manœuvres qui sont exécutées à deux pour plus de rapidité ! À bord du Maxi Edmond de Rothschild, la répartition des tâches entre Franck Cammas et Charles Caudrelier est claire : l'un inspecte et l'autre passe aux réparations ! À travers la caméra de Yann Riou, on découvre, non sans humour, ce partage pas exactement équitable...

 

Classement du 19 novembre 2019 à 16h

1.MAXI EDMOND DE ROTHSCHILD (Franck Cammas / Charles Caudrelier / Yann Riou) - distance au but : 6 359,4 milles - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 27,7 nœuds  

2. MACIF (François Gabart / Gwenolé Gahinet / Jérémie Eloy) - 134,8 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 28,6 nœuds  

3. ACTUAL LEADER (Yves Le Blevec / Alex Pella / Ronan Gladu) - 241,1 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min :  33 nœuds

4. SODEBO ULTIM 3 (Thomas Coville / Jean-Luc Nelias / Martin Keruzoré) - 284 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 29,2 nœuds

Partager cet album photo






Articles suggerés