Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 17 novembre 2019

Vers la porte des glaces et les quarantièmes

Brest Atlantiques Maxi Edmond de Rothschild Franck Cammas Charles Caudrelier

La flotte de la Brest Atlantiques poursuit sa difficile progression dans l'Atlantique Sud. Depuis le passage à la marque de parcours de Rio de Janeiro, que le Maxi Edmond de Rothschild enroulait jeudi midi, les conditions se sont durcies et les quatre duos engagés dans la course composent avec des vents soutenus - 30 nœuds - et une forte mer de face qui épuisent tant les organismes, qu'ils maltraitent les machines. Cependant, ces conditions engagées semblent parfaitement convenir à Charles Caudrelier et Franck Cammas qui, depuis trois jours, impriment leur rythme et démontrent tout le potentiel du maxi-trimaran volant aux cinq flèches. Au classement de 12h, ils comptaient 74 milles d'avance sur François Gabart et Gwénolé Gahinet et près de 200 milles sur Sodebo Ultim.

 

Un schéma météo favorable aux poursuivants

Cette nuit, le Maxi Edmond de Rothschild a vu ses concurrents revenir sur son tableau arrière. Un rapprochement dû à la traversée d'une petite dépression qui n'a concerné que le leader de la Brest Atlantiques, comme nous le prévoyait déjà Franck Cammas hier : « On a une dépression à négocier la nuit prochaine, elle n'est pas très grosse. Mais il y aura beaucoup de changements de voiles pour la passer. »

Effectivement, la nuit a été active dans le cockpit du dernier-né des Gitana, à adapter sans cesse la toile aux variations du flux, le tout dans une mer moins formée mais toujours de face et relativement inconfortable. Depuis, Gitana 17 et son équipage avaient retrouvé un flux plus établi et les quelques milles concédés dans les vents faibles au centre de la dépression étaient déjà, pour partie, regagnés. Au classement de 12h, le géant de 32 mètres allongeait la foulée à près de 30 nœuds en direction de Gough Island, l'une des îles de l'archipel britannique de Tristan da Cunha, et de la limite des glaces imposée par la direction de course de l'épreuve. En effet, suite à la détection de glaces par satellite, une ligne imaginaire a été mise en place par les organisateurs pour éviter toute navigation dans des zones présentant un risque potentiel.

Cette mesure sécuritaire est nécessaire mais vient ajouter une difficulté au jeu stratégique des concurrents de la Brest Atlantiques. Car l'anticyclone de Sainte-Hélène est plus Sud qu'à son habitude et vient justement effleurer cette limite des glaces...

Le troisième homme

Depuis plus de douze jours, il nous permet de vivre au travers de sa caméra le quotidien de Franck Cammas et Charles Caudrelier. Ses images de drone, lors de la descente de l'Atlantique ou encore plus récemment au passage des îles Cagarras ne sont pas passées inaperçues et donnent une autre dimension à notre suivi. Mais Yann Riou, le mediaman d'Edmond de Rothschild, est aussi un navigateur aguerri : Mini Transat, des dizaines de transatlantiques en course, un Trophée Jules Verne et deux Volvo Ocean Race... Il est ainsi habitué aux conditions extrêmes des mers du Sud. C'est pourquoi son récit du jour nous laisse imaginer combien la vie - et le travail - à bord de Gitana 17 ne sont pas aisés : « Ce soir on devrait arriver à la porte des glaces. Ça ne sonne pas très engageant dit comme ça... Pourtant, ça signifie aussi qu'on en aura fini avec ce fichu bord de reaching ! Trois jours qu'on progresse face à la mer dans du vent soutenu. Alors oui, c'est devenu un peu moins pénible qu'en quittant Rio, mais il n'empêche, c'est compliqué. C'est compliqué de trouver le bon compromis pour aller vite sans risquer d'abîmer le bateau. C'est compliqué de trouver le sommeil entre deux sauts de vagues. Et c'est compliqué d'écrire ce message avec un clavier qui a du mal à bien vouloir rester campé sur mes genoux. Donc oui, on aura peut-être un peu froid, mais on est plutôt content d'y arriver, dans ces fameux quarantièmes... »


Classement du 17 novembre 2019 à 12h

1. MAXI EDMOND DE ROTHSCHILD (Franck Cammas / Charles Caudrelier / Yann Riou) - distance au but : 7 481,7 milles - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 29,4 nœuds  

2. MACIF (François Gabart / Gwenolé Gahinet / Jérémie Eloy) - 74,1 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 22,7 nœuds 

3. SODEBO ULTIM 3 (Thomas Coville / Jean-Luc Nelias / Martin Keruzoré) -  199,8 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 29,9 nœuds

4. ACTUAL LEADER (Yves Le Blevec / Alex Pella / Ronan Gladu) -  325,3 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 25,3 nœuds

Partager cet album photo






Articles suggerés