Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 07 novembre 2019

Le Maxi Edmond de Rothschild ouvre la voie vers le Sud

Brest Atlantiques Maxi Edmond de Rothschild Franck Cammas Charles Caudrelier

La vie défile à vitesse grand V pour les marins de la Brest Atlantiques. Partis mardi en fin de matinée de la pointe bretonne, le Maxi Edmond de Rothschild et ses trois concurrents pointaient déjà leurs étraves ce matin à la latitude de Madère. Au classement de 20h, le dernier-né des Gitana confortait son avantage en tête de flotte, avec 43 milles sur son dauphin, et avait doublé la latitude des îles canariennes. Et pourtant, même si l'enchaînement météo est favorable à de belles vitesses moyennes, ce n'est pas non plus une autoroute qu'empruntent les géants de 32 mètres pour gagner vers le Sud ; en témoigne la nuit agitée du duo Caudrelier / Cammas.

Nuit sous les grains de Madère

La deuxième nuit du duo Edmond de Rothschild sur la Brest Atlantiques n'a pas été de tout repos. « On a galéré toute la nuit ! Les shifts (changements de direction de vent, ndlr) étaient tellement rapides, qu'on attendait toujours pour empanner. Du coup, on a fait des bords arrêtés, à l'envers... Là, enfin le ciel s'est éclairci donc c'est mieux, c'est régulier. Mais ce n'est pas simple » confiait Franck Cammas. Sentiment partagé par Charles Caudrelier qui avouait même ne pas avoir réussi à trouver le repos dans ces conditions stressantes pour la marche du bateau : « Les petits grains on ne les voit pas aux photos satellites et pas la nuit non plus. Ce matin j'ai commencé à les deviner et je me suis dit qu'on n'allait jamais passer ! Le grain a dû avancer avec nous toute la nuit... » 

Premiers à empanner vers le Sud, Franck Cammas et Charles Caudrelier ont en effet bataillé une grande partie de la nuit dernière avec des vents instables dus à de nombreux grains dans le secteur de l'archipel portugais. Mais le jeu en valait la chandelle, puisqu'ils mènent depuis la flotte des Ultim.

Yann Riou, le mediaman du bord, nous fait plonger dans l'intimité de ces quelques heures de labeur.

 

 

Message reçu de notre médiaman sur la vie à bord

« Hier on a enlevé les premières couches de polaire. Ce matin, il fait franchement bon. Sur le pont c'est très agréable. En ce qui me concerne, je passe pas mal de temps à l'intérieur de la coque centrale quand je travaille ou quand je me repose. Ma bannette est à quelques mètres du moteur.  La première nuit, lorsqu'on a fait tourner le moteur pour charger les batteries, ça a réchauffé l'atmosphère et c'était plutôt agréable. Un petit chauffage d'appoint! Cette nuit en revanche, la température est montée suffisamment pour que j'éprouve le besoin d'utiliser un petit ventilateur installé au dessus de mon poste de travail... de ce point de vue là, je redoute notre arrivée sous les tropiques. » 

Classement du jeudi 7 novembre 20h 

1. MAXI EDMOND DE ROTHSCHILD (Franck Cammas / Charles Caudrelier / Yann Riou) - distance au but : 12 235 milles - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 29,7 nœuds

2. MACIF (François Gabart / Gwenolé Gahinet / Jérémie Eloi) -  43,3 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min :  31,6 nœuds

3. SODEBO ULTIM 3 (Thomas Coville / Jean-Luc Nelias / Martin Keruzoré) - 147,3 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 16,1 nœuds

4. ACTUAL LEADER (Yves Le Blevec / Alex Pella / Ronan Gladu) - 317,7 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 26,2 nœuds

 

Partager cet album photo






Articles suggerés