Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 02 décembre 2016

Edmond de Rothschild reprend du terrain

Vendée Globe 2016-2017 Mono60 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Depuis plus d'une semaine, Sébastien Josse négocie la météo avec philosophie et prend son mal en patience en acceptant de voir ses deux plus proches adversaires s'échapper, à la faveur de conditions plus favorables en tête de course. Mais ce 27e jour de mer signe une inversion de la courbe comme en témoignent les chiffres suivants : au classement de 15h, Edmond de Rothschild pointe à 541,2 milles du duo Thomson - Le Cléac'h, soit plus de 120 milles de moins qu'hier à la même heure. Le skipper du Gitana Team est également le plus rapide de la flotte du Vendée Globe sur les dernières 24 heures avec 478,5 milles parcourus à la vitesse moyenne de 20 nœuds. L'autre bonne nouvelle de ce vendredi 2 décembre est venue des airs avec le survol d'un hélicoptère de la Marine Nationale tandis que le dernier-né des Gitana croisait à 160 milles nautiques dans le Nord-Est des Kerguelen ; le premier contact visuel de Sébastien depuis des semaines.

Prendre ce qui est à prendre
Appelé lors du Vendée Live de ce vendredi midi, le solitaire a pu évoquer son premier tiers de parcours avec l'invité du jour, Mark Turner, CEO de la Volvo Ocean Race (course autour du monde en équipage avec escale, ndlr) : « Bien sûr c'est agréable de revenir sur ses adversaires mais pour moi aujourd'hui le classement ne veut pas dire grand chose. L'objectif est surtout d'exploiter au mieux les phénomènes météos qui s'offrent à nous, de bien régler le bateau, de sortir des mers du Sud avec un bateau à 100 % pour attaquer la remontée avec tout le potentiel… La descente de l'Atlantique a été rude de par le rythme plus que du fait du bateau. Avec cette nouvelle génération de bateaux si tu n'es pas à 20 nœuds tu as l'impression de ne pas avancer ! Mais côté inconfort, ça peut aller, je pense que l'on s'habitue à tout. On arrive presque à prendre du plaisir à certains moments. Peut-être par contre que nous serons sourds à l'arrivée… »

Les deux hommes se connaissent très bien et pour cause ils ont un passé commun sur le Vendée Globe. En effet, en 2008 Mark Turner dirigeait la société Offshore Challenges qui gérait alors le projet sportif de Sébastien.  

En voir plus 4 photos


Rendez-vous insolite au large des TAAF (Terres Australes Antarctiques Françaises)
Mercredi soir, sur TF1, le grand public découvrait des images exceptionnelles tournées quelques heures plus tôt par la Marine Nationale et une équipe de tournage de Nefertiti Prod, embarquée à bord de la frégate FS Nivôse et spécialement dépêchée en plein océan Indien pour capturer ces moments inédits. Les deux leaders profitaient logiquement les premiers de ce dispositif incroyable. Mais la nuit dernière, c'était au tour de Sébastien Josse, 3e et revenu à moins de 550 milles du duo Thomson - Le Cléac'h, d'être survolé par le Panther, l'hélicoptère de la frégate. Un moment rare et forcément apprécié par Sébastien Josse après vingt-sept jours de mer et de solitude « Ce matin au lever du jour j'avais l'hélico de Marine Nationale à 50 mètres dans mon sillage ! C'était plutôt sympa car dans les parages il n'y a pas beaucoup d'animations » s'amusait le skipper d'Edmond de Rothschild avant d'ajouter : «  Ils sont restés avec moi une quarantaine de minutes, on a parlé de la course, de la stratégie à venir… c'était vraiment un bon moment. Je suis admiratif de la qualité de pilotage du garçon aux commandes car il faisait ce qu'il voulait avec son hélico.»

A ne pas manquer : l'intégralité des images tournées par la Marine Nationale et Nefertiti Prod.

Cette opération est une grande première dans l'histoire du Vendée Globe et sa mise en place a demandé de longs mois d'organisation ainsi que la volonté conjointe de la Marine Nationale, de TF1 et du Vendée Globe. Mais le résultat est au rendez-vous. Ces images fascinent de par leur lieu de tournage si éloigné et hostile mais aussi car elles lèvent le voile sur l'une des parts les plus mystérieuses de la course au large : la réalité de navigation du solitaire en plein océan Indien. En cela, elles sont naturellement une réussite en termes de communication mais bien au-delà car elles cultivent l'imaginaire des centaines de milliers de personnes qui vibrent chaque jour dans le suivi de ce tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance.


L'Indien prend du coffre
Après une première partie relativement clémente, l'océan Indien semble retrouver dans les prochains jours les traits de caractère qui font sa réputation. En effet, ce week-end une dépression tropicale venue de Madagascar va concerner une partie des concurrents qui croise déjà dans les mers du Sud. Jeune et particulièrement active, elle constituera le premier vrai coup de tabac de ce Vendée Globe 2016-2017 pour la tête de flotte. À bord d'Edmond de Rothschild, Sébastien Josse est bien positionné pour glisser en avant de ce front tandis que ses poursuivants devront adapter leur route pour éviter les zones les plus virulentes de la dépression. Mais dès lundi, cette dernière sera renforcée par une nouvelle zone de basses pressions venue d'Argentine, et viendra chahuter Gitana 16. 

Classement du 2 décembre à 15h (HF)

1. Alex Thomson (Hugo Boss) à 14 465,2 milles de l'arrivée
2. Armel Le Cleac'h (Banque Populaire VIII) à 18,1 milles du leader
3. Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 541,2 milles du leader
4. Paul Meilhat (SMA) à 1 143,8 milles
5. Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 1 145,7 milles
6. Yann Eliès (Queguiner Leucémie Espoir) à 1 935,3 milles
7. Jean-Pierre Dick (St Michel - Virbac) à 2151,4 milles
... 

Partager cet album photo






Articles suggerés