Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 30 novembre 2016

Dans l'Ouest des Kerguelen

Vendée Globe 2016-2017 Mono60 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Entouré de groupes qui naviguent de concert, Sébastien Josse trace lui son sillage en véritable solitaire. Actuel 3e derrière un duo franco-gallois composé d'Armel Le Cléac'h et d'Alex Thomson, le skipper du Mono60 Edmond de Rothschild compose, par 46 degrés de latitude Sud, avec des enchaînements météorologiques peu favorables à sa position. Depuis le week-end dernier, il enchaîne les manœuvres quand les ouvreurs signent des trajectoires tendues cap au Sud-Est. Croisant cet après-midi à quelques 400 milles dans l'Ouest de l'archipel des Kerguelen, le marin niçois a opté pour une route médiane, plus nord que ses adversaires, afin d'anticiper les prochaines dépressions mais aussi pour se dégager de la contrainte de la Zone d'Exclusion Antarctique, qui pèse sur la tête des marins telle une épée de Damoclès.

Bienvenue dans le Sud !

« L'eau est à 6° C, comme l'air… au moins pas de risque de brouillard avec cet équilibre des températures » s'amusait Sébastien Josse à la mi-journée en ajoutant : « Ça y est, j'ai mis mon chauffage en marche et ça fonctionne plutôt bien.» Les bateaux de tête du Vendée Globe sont bien dans le Grand Sud, aucun doute possible là-dessus. Car si l'océan Indien s'est montré doux et accueillant dans les premiers milles, depuis l'ambiance s'est durcie : ciel gris, plafond bas, températures en baisse, le décorum des mers australes est en place ! D'autant que le premier coup de baston de l'Indien est attendu pour les prochains jours.

Faire sa course

Si la météo sourit toujours aux deux meneurs de ce 8e Vendée Globe, celle-ci se montre moins conciliante avec le skipper d'Edmond de Rothschild depuis quelques jours. Décroché du wagon de tête depuis ses problèmes de safran survenus il y a une semaine, Sébastien Josse voit ses deux adversaires s'envoler grâce à des conditions plus favorables. Au classement de 15h, le dernier-né des Gitana occupe toujours la 3e place mais pointe désormais à plus 668 milles du duo composé d'Armel Le Cléac'h et d'Alex Thomson : « L'avarie de safran coûte très cher car comme je l'ai déjà expliqué elle m'a fait loupé un créneau. Depuis, je ne joue plus avec les mêmes conditions qu'eux, ce n'est pas une question de performance de bateau mais bien de météo. Devant, ils ne se posent pas de question, ils sont partis avec la pression et ils vont tout droit quand derrière je dois enchaîner les empannages et les zones de transition. Au final, les milles augmentent et l'écart se creuse, rien d'étonnant à cela vu la configuration météo. Je subis un peu en attendant que la météo me passe dessus mais j'en ai pris mon parti, je reste concentré sur ma route, la marche de Gitana 16 et je fais avec ce qu'on me donne. Il faut être patient et attendre qu'une opportunité se présente. D'ici là je ne suis pas magicien et ça ne sert à rien de s'agacer ou de naviguer dangereusement en essayant de trop pousser sur le bateau !»

Les contraintes de la ZEA

Sur cette édition 2016-2017, la direction de course et les organisateurs ont choisi de mettre en place une zone d'exclusion tout autour du continent antarctique tandis que jusqu'à présent, les marins du Vendée Globe devaient s'acquitter de portes dans le Grand Sud.

Cette ZEA est ainsi la limite Sud sous laquelle les vingt-cinq concurrents ne peuvent pas descendre sous peine de pénalités, voire de disqualification selon les cas de figure.

Composée de soixante-douze points espacés de 5° et exclusivement mise en place pour des questions de sécurité, la ZEA est là pour éviter que les marins ne s'aventurent trop près du pôle, dans des eaux peuplées de glaces. Un premier tracé a été défini en septembre 2016 en collaboration avec la société toulousaine CLS qui met au service du Vendée Globe son expertise en traitement de données satellitaires, en imagerie radar et en données altimétriques (mesure de la hauteur de mer) ainsi qu'en modélisation de courants océaniques pour détecter la présence et prévoir la dérive des icebergs tout autour de l'Antarctique. 

Depuis le départ des Sables d'Olonne, le 6 novembre dernier, Jacques Caraës et ses adjoints à la direction de couse, ajustent le contour de la zone d'exclusion selon les dernières observations fournies par CLS et s'adaptent ainsi l'évolution des dérives des glaces.

Si l'aspect sécuritaire de cette zone est indéniable pour ce qui est des glaces, elle ferme cependant le jeu du tour du monde dans les mers australes et obligent parfois les marins à adapter leur route en conséquence, comme c'est actuellement le cas à bord d'Edmond de Rothschild : « Le but étant d'emprunter la route la plus courte et donc la plus sud, nous flirtons au maximum avec la ligne rouge… Tout à l'heure, j'ai empanné à 9 milles de la limite et je pense que c'est toujours bien de garder du gras sous le vent au cas où lors de ta manœuvre un grain de sable ne vienne se mettre dans l'engrenage. La sentence est trop lourde de conséquence pour jouer avec ça ! Pour la suite, j'observe déjà la dépression qui nous concernera d'ici 2-3 jours. Elle semble très forte – 50 nœuds – quand elle balayera l'arrière de la flotte mais elle devrait se dégonfler un peu quand elle passera sur nous. Malgré tout, cela s'anticipe et j'ai mis de côté un routage plus rapide mais qui me faisait enchaîner les empannages le long de la ZEA pendant cette période » détaillait le skipper d'Edmond de Rothschild.

 

Classement du 30 novembre à 15h (HF)

1. Armel Le Cleac'h (Banque Populaire VIII) à 15 135,5 milles de l'arrivée
2. Alex Thomson (Hugo Boss) à 12,1 milles du leader
3. Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 668, 8 milles du leader

4. Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 1139 milles
5. Paul Meilhat (SMA) à 1143,3 milles
6. Yann Eliès (Queguiner Leucémie Espoir) à 1 445,8 milles
7. Jean-Pierre Dick (St Michel - Virbac) à 2 066,5 milles

Partager cet album photo






Articles suggerés