Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 18 novembre 2016

«On accélère, direction le Sud !»

Vendée Globe 2016-2017 Mono60 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Dans son message vidéo hier soir, le solitaire partage depuis sa bannette le bruit assourdissant de l'intérieur du Mono60 Edmond de Rothschild. Le long du Brésil, la coque de 18,28 mètres surfe une longue onde isobarique à 20 nœuds de moyenne. Gitana 16 se dirige à grands pas vers un front dépressionnaire qui va emmener les leaders du Vendée Globe aux portes du Grand Sud. À 100 milles en avant de la flotte, le britannique Alex Thomson bénéficie déjà d'un vent plus soutenu et creuse l'écart avec ses poursuivants Armel Le Cléac'h et Sébastien Josse. Ce week-end, les vitesses devraient affoler les compteurs, certains observateurs annonçant même que le record des 24 heures* pourrait tomber.

Positionné le plus au large des bateaux de tête, Edmond de Rothschild file dans un alizé de Nord-Est qui a forci à 18-20 nœuds. « On accélère, direction le Sud ! On essaie d'accrocher un front froid qui va nous emmener vers le cap de Bonne Espérance, » confiait Sébastien depuis l'immense caisse de résonnance de carbone dans laquelle il vit, travaille et s'efforce de dormir. Le skipper tient la cadence qui va s'intensifier encore dans les heures à venir. Le sillage du Mono60 Edmond de Rothschild dessine actuellement une belle courbe dans l'Atlantique Sud, parallèle à celle de Banque Populaire VIII, positionné plus à l'Ouest.


Bientôt, ils rattraperont la dépression orageuse, née dans la baie de Rio de Janeiro et qui va balayer tout l'Atlantique en direction des quarantièmes rugissants. Les planètes s'alignent pour les amoureux de la vitesse car l'accélération s'annonce nette avec un angle entre 110 et 140° du vent réel, idéal pour les Imoca. Typé de façon radicale pour ces allures qui font parler la puissance, la fusée Hugo Boss qui navigue à 100 milles plus au Sud, devrait être le premier à toucher la dépression. Chacun va ensuite toucher au fur et à mesure les effets de l'accélération. Ils débouleront sur une mer maniable, en avant du front. Toutes les conditions devraient donc être réunies pour aller vite, très vite. À chacun maintenant de doser et de placer le curseur à l'endroit qu'il juge être le meilleur.


Les chiffres du jour
À 15h (HF), Edmond de Rothschild en 3e position
À 116,3 milles du leader Alex Thomson
Distance parcourue sur les dernières 24 heures : 428,96 milles à la vitesse moyenne de 17,9 nœuds
Distance parcourue sur le fond depuis le départ : 4 382, 85 milles à la vitesse moyenne de 15,1 nœuds


Classement du 18 novembre à 15h (HF)

1. Alex Thomson (Hugo Boss) à 20 398,4 milles de l'arrivée
2. Armel Le Cleac'h (Banque Populaire VIII) à 107 milles du leader
3. Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 116,3 milles
?
4. Vincent Riou (PRB) à 155,6 milles
5. Morgan Lagravière (Safran) à 215,4 milles
6. Paul Meilhat (SMA) à 228,4 milles
7. Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 313,7 milles
8. Yann Eliès (Queguiner Leucémie Espoir) à 501,9 milles
9. Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) à 650,7 milles
...

* 534,48 milles parcourus en 24h, à la vitesse moyenne de 22,27 nœuds, en 2012 par François Gabart à bord de Macif.

Partager cet album photo






Articles suggerés