Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 07 novembre 2016

Un « dégolfage » tout en glisse

Vendée Globe 2016-2017 Mono60 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Après 24h de course, la tête de flotte du Vendée Globe croise déjà au large des côtes ibériques. Autant dire que le rythme imposé pour les bateaux de tête est élevé. Si l'on ajoute à cela les conditions de vent instables que connaissent les solitaires depuis la nuit dernière, on comprend alors aisément que les animateurs de ce début de course n'aient eu que peu de temps pour répondre aux vacations officielles de ce lundi. Parti en tête des Sables d'Olonne hier, Sébastien Josse demeure aux avant-postes et occupe ce soir, au classement de 18h, la 5e place. Mais devant le skipper d'Edmond de Rothschild, un trio mené en fin de journée par Armel Le Cléac'h a réussi à créer un léger décalage. Rien de bien dramatique, mais des milles qui témoignent des différences de conditions météorologiques rencontrées par les marins dans la traversée du golfe de Gascogne.

Mise en jambes sous les grains du golfe

Cinq changements de leaders après une trentaine d'heures de course : le ton de cette 8e édition est donné !Les marins joints aujourd'hui pour les vacations étaient unanimes et malgré les conditions exceptionnelles dont a bénéficié la flotte du Vendée Globe pour débuter son tour du monde, la première nuit des vingt-huit solitaires en mer* a été tonique. La faute à de très nombreux grains de passage dans le golfe de Gascogne et dont les fortes variations de vent – alternance de petit temps et de rafales – ont donné du fil à retordre à Sébastien Josse et ses concurrents. Cependant, tout le monde n'a semble t-il pas eu le droit au même traitement et un groupe composé de Banque Populaire, Hugo Bos et St Michel Virbac – positionné sous le vent de la flotte – a pu tirer son épingle du jeu. Vers 13h, ce trio ouvrait ainsi la voie au cap Finisterre.

Seize milles dans leurs sillages, Sébastien Josse leur emboîtait le pas en début d'après-midi et tout comme les leaders, le skipper d'Edmond de Rothschild choisissait l'intérieur du DST (dispositif de séparation de trafic) pour parer la pointe Nord-Ouest de l'Espagne. Tant d'un point de vue météo que par rapport au trafic maritime dense que l'on observe dans cette zone, ce passage près des côtes est loin de plaire au marin qui a dû accroître la surveillance sur le pont une bonne partie de la journée.

En route vers la dorsale

Si pour l'heure, les skippers du Vendée Globe profitent d'un flux de nord de 20-25 nœuds pour glisser à vive allure vers le sud ouest, dès demain le scénario sera bien différent et un ralentissement est attendu. En effet, à la latitude de Gibraltar, une dorsale anticyclonique, synonyme de vents faibles, barre la route des solitaires. Ces derniers n'auront d'autres choix que de la traverser. Reste encore à déterminer la trajectoire choisie par chacun pour aborder cette barrière barométrique. Ce soir, le britannique Alex Thomson, qui mettait cap sud-est tandis que ses adversaires poursuivaient leur route au sud-ouest, semblait vouloir faire cavalier seul le long des côtes de la péninsule ibérique.

Affaire à suivre …

*Pour mémo, Didac Costa a fait demi-tour peu après le départ suite à une fuite de ballast qui a endommagé une grande partie de son installation électrique. Mais ce soir, les nouvelles venant de Port Olona étaient bonnes et l'espagnol espérait repartir dans les prochaines heures.

Classement du 7 novembre 2016 à 18h
  1. Armel Le Cleac'h (Banque Populaire)
  2. Alex Thomson (Hugo Boss) à 6,8 milles du leader
  3. Jean-Pierre Dick (St Michel – Virbac) à 12,2  milles
  4. Vincent Riou (PRB) à 12,3 milles
  5. Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 16,9 milles
  6. Paul Meilhat (SMA) à 21,9 milles
  7. Yann Eliès (Gueguiner Leucémie Espoir) à 23,5 milles
  8. Jeremie Beyou (Maître CoQ) à 25,9 milles
  9. Morgan Lagravière (Safran) à 36, 6 milles
    …
Partager cet album photo






Articles suggerés