Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 06 novembre 2016

Sébastien Josse: « A nous maintenant d'écrire le scénario »

Vendée Globe 2016-2017 Mono60 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

La magie du Vendée Globe, encore et toujours ! Après avoir quitté le port des Sables d'Olonne, le skipper du Mono60 Edmond de Rothschild rejoint la ligne de départ pour le top départ à 13h02. Le marin s'apprête à vivre son troisième tour du monde en solitaire. Une « tranche de vie » qu'il a préparée intensément avec l'équipe du Gitana Team, l'écurie de Ariane et Benjamin de Rothschild. Ce matin, les premières gelées avaient blanchi le ponton, comme pour rappeler que la nuit prochaine sera fraîche dans le golfe de Gascogne. Mais avant cela, la chaleur était dans les cœurs. Les regards, quelques mots et des embrassades, s'arracher n'est pas simple mais, désormais, place à la course et place à l'aventure.

Ci-dessus : image à bord dans le chenal des Sables d'Olonne, photo Yann Riou / Gitana SA

Sébastien Josse, skipper du Mono60 Edmond de Rothschild, peu avant de quitter le quai :« J'ai plutôt bien dormi et je me suis réveillé juste avant le réveil. Peut être que l'on va pouvoir fermer l'œil quelques minutes la nuit prochaine mais je pense que nous pourrons vraiment nous relâcher seulement au niveau du cap Saint-Vincent (pointe sud du Portugal).

La course va partir assez vite avec quelques manœuvres où il va falloir faire les bons choix de voiles. C'est important d'être dans le peloton de tête parce que le petit temps nous rattrape rapidement par derrière.

Partir sur ces aventures nous captive. On a des ambitions, des envies et être au départ du Vendée Globe, c'est une tranche de vie. On ne va pas le faire dix fois : deux, trois, peut-être quatre fois maximum dans son parcours.

Maintenant, c'est à nous d'écrire le scénario. Je sais que je pars faire le tour du monde, mais la notion des trois mois est difficile à intégrer là tout de suite. Les premières parties de la course se déroulent au soleil, comme sur une transatlantique mais l'entrée dans les Quarantièmes sera, je pense, une bonne piqûre de rappel.

En 2004 et 2008 (les deux premiers Vendée Globe de Sébastien), je n'étais pas encore papa. Là, je laisse la famille derrière moi, le petit bout à la maison, ça pince. Il est encore petit et ne se rend pas bien compte de ce qu'il se passe. Papa va au travail ? Oui, papa va au travail. »


Image, Edmond de Rothschild sous grand voile haute devant les Sables d'Olonne, photo en direct du bord Yann Riou / Gitana SA

Le Baron Benjamin de Rothschild, présent avec son épouse aux côtés de Sébastien et de l'équipe aux Sables d'Olonne : « Ce sont des moments très importants, tout d'abord parce que notre skipper va nous quitter pour longtemps. Il va être seul pendant deux mois et demi, ce que peu de personnes feraient. Sébastien a beaucoup de courage de partir. Chacun sait à quel point cette course est exigeante, réussir à finir est le premier objectif, et après, on peut rêver ! »  Quelques mots accompagnés de ceux de la Baronne Ariane de Rothschild : « C'est une profonde fierté aujourd'hui. Celle de la qualité d'un incroyable travail d'équipe qui représente à mes yeux un réel modèle pour le monde de l'entreprise en général. C'est bien sûr aussi un moment extrêmement fort pour notre skipper qui a maintenant les cartes en mains et la course devant lui. Sébastien, on est avec toi et on le sera chaque jour de ce tour du monde que nous allons partager avec passion. »

Cyril Dardashti, Directeur Général du Gitana Team :« Nous avons beau faire ce métier depuis longtemps, c'est toujours un instant saisissant qui concrétise beaucoup de travail. Tu as conscience de ce que Sébastien va vivre et tu as même un peu mal pour lui mais tu sais qu'il y va avec beaucoup d'envie. »

Point sur la situation météo avec Antoine Koch, membre du Gitana Team : « Comme prévu, il y a aura peu de vent au moment du départ, une douzaine de nœuds pendant une trentaine de milles environ. Ensuite, le flux de Nord-Nord Ouest va forcir à 20 puis 25 nœuds. Il sera assez instable et il va falloir bien gérer cela en fin de journée et durant la nuit. Ils arriveront ensuite à la hauteur du cap Finisterre au lever du jour avec sûrement un petit passage un peu plus calme avant que le vent ne remonte ensuite. Globalement, le début de course va être vraiment très rapide. Les premiers seront dégagés du Portugal dès mardi. »

Partager cet album photo






Articles suggerés