Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 11 octobre 2016

Série "5 sens en éveil" Le Toucher

Vendée Globe 2016-2017 Mono60 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Ce sont les derniers jours au port d'attache de Lorient pour les membres du Gitana Team qui prennent soin au quotidien du Mono60 Edmond de Rothschild. L'heure est au chargement du bateau avec notamment la nourriture pour 75 jours de mer et tout le matériel nécessaire, comme les outils de maintenance et de réparation ainsi que les équipements de rechange. Ce jeudi 13 octobre, Sébastien Josse largue les amarres en direction des Sables d'Olonne. Tous les concurrents du Vendée Gobe sont attendus à Port Olona pour trois semaines de partage avec le public avant le départ de la course le 6 novembre. L'exposition anniversaire sur les 140 de saga maritime familiale Rothschild, baptisée Gitana, Entrez dans la légende est d'ailleurs actuellement en fin d'installation dans le village officiel du Vendée Globe et ouvrira ses portes samedi à 10 heures. Laisser Lorient dans le sillage est forcément un moment important pour le skipper du Gitana Team. Le navigateur quitte sa base arrière, là où tout a été pensé et préparé. Il sait que c'est bientôt à lui de jouer. Les conditions s'annoncent clémentes pour ce convoyage de quelques heures avec une arrivée prévue dans le chenal des Sables d'Olonne autour de 16 heures.

Après la vue la semaine dernière, nous poursuivons notre plongée dans la vie à bord de Sébastien Josse au travers de ses cinq sens. Aujourd'hui, nous nous intéressons au toucher. 

#2 LE TOUCHER

AVEC SES MAINS

Ce sont les seules parties du corps en contact direct avec le bateau. Les mains sont précieuses et pourtant si fragiles. « À force de toucher les bouts, le sel, l'humidité, les mains s'endurcissent. C'est un environnement hostile et la peau se protège, » explique Sébastien qui n'est adepte ni des gants, qui font perdre en agilité et peuvent se coincer dangereusement, ni de la crème qui retarde finalement un processus naturel. « Les mains calleuses du marin, ce n'est pas une légende ! Et à la moindre crevasse, la moindre microcoupure, tu graisses, tu mets des pansements, des bombes imperméables, tout pour que cela arrête de creuser. Une ouverture d'un millimètre peut finir par te faire un mal de chien pendant des semaines. »

TOUCHER DE BARRE

« C'est fini ça ! » lance-t-il sans détour. « Les bateaux nous sollicitent tellement par ailleurs que tu ne vas pas pomper de l'énergie à barrer. Tu remplaces les sensations à la barre par des choses plus théoriques qui sont les chiffres cibles à atteindre, notamment une vitesse par rapport à une force et un angle de vent. Sur les bateaux à foils, il y a surtout un angle de gîte où ça se met à fonctionner. Il est lié aux appuis que tu as entre le foil, la quille et la carène (forme de coque), alors tu essaies de trouver le meilleur équilibre, non pas à la barre mais aux réglages. La barre ne te sert que à aller droit finalement et tu gères la vitesse avec tout le reste. »

COMPENSER

Le marin qui pilote en sentant d'où vient le vent, c'est du passé. « La casquette te coupe de l'extérieur. On ne sent plus le vent sur le visage, auquel pourtant on se réfère beaucoup quand on barre un bateau classique. Ici, tu te forces à développer d'autres feelings, comme l'équilibre. Tu essaies de t'habituer à l'environnement dans lequel on t'impose d'être qui est une boîte sans vent et qui bouge. Par exemple, tu regardes le sillage qui est plus ou moins tendu et alors tu sais en déduire la vitesse. Quand tu es très chargé en puissance et très gîté, cela fait une grosse vague pas très belle alors que lorsque le bateau est vraiment en train de « foiler », la mer s'aplatit et ça accélère. »

TOUCHER SES LIMITES

Sébastien n'y va pas par quatre chemins. « À bord de ce bateau, tu vis cloîtré, avec des ressources comptées. En mode survie, tu te protèges et t'économises. Quand tu commences à te déplacer à quatre pattes tu as l'impression de retourner à l'état animal. » En effet, la fatigue enveloppe tout. Alors, quand les limites pointent, les sens lancent-ils l'alerte ? « Les yeux qui se ferment, c'est commun. Les muscles ne disent rien non plus. Tu as une tâche à faire alors tu trouves toujours la ressource. Mais le premier signe d'une fatigue extrême, c'est quand tu perds l'équilibre. Quand tu tombes une fois, deux fois, là, il faut être à l'écoute. Tu finis ta manœuvre, tu fais au plus juste pour ne pas abîmer ton matériel, tu vas manger, te coucher et le reste attendra. »

La semaine prochaine, retrouvez # 3 L'OUÏE

Partager cet album photo






Articles suggerés