Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 29 avril 2016

La Transat Anglaise, l'histoire d'un monstre sacré

The Transat bakerly Mono60 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Mère de la course au large en solitaire, imaginée en 1960 par le RWYC (Royal Western Yacht Club), la première de toutes les transatlantiques a traversé le temps en changeant souvent de nom mais peu de concept. Traditionnellement ouverte aux multicoques et aux monocoques, son parcours part du sud de l'Angleterre, ce fut Portsmouth puis Plymouth, pour rejoindre la cote Est des Etats-Unis ; originellement Newport, puis Boston et New York aujourd'hui.

La course au large a ses monuments et la Transat Anglaise en est un. Appuyée sur ses épopées passées, cette 14e édition tisse un lien parfait entre tradition et modernité. Imaginée en 1960 par le RWYC (Royal Western Yacht Club), la mère de la course au large en solitaire a traversé le temps en changeant souvent de nom mais peu de concept. Traditionnellement ouverte aux multicoques et aux monocoques, son parcours part du sud de l'Angleterre, ce fut Portsmouth puis Plymouth, pour rejoindre la côte Est des Etats-Unis ; originellement Newport, puis Boston et New York aujourd'hui. Parrainée par le journal l'Observer, elle naît sous le nom d'OSTAR (Observer Single-handed Trans- Atlantic Race), avant de changer au gré de ses sponsors, s'appelant notamment l'Europe 1 Star puis Europe 1 New Man Star lorsqu'elle était soutenue par la célèbre radio française de 1992 à 2000. Plus communément appelée The Transat outre-Manche, les marins français ont coutume de dire la Transat Anglaise, en opposition aux courses organisées au départ de 

l'hexagone, et particulièrement à la Route du Rhum. Cette dernière a d'ailleurs été imaginée en 1978 pour prendre le contre-pied de sa grande sœur anglaise, dont les règles de jauge et la taille des bateaux acceptés tendaient à être de plus en plus limitées. Les Français choisissent alors d'ouvrir la route des Antilles en toute liberté architecturale. Il faut dire que dans les années 60 et au début des années 70, l'audacieuse britannique symbolisait l'aventure ultime, celle des coureurs pionniers qui s'élancent dans l'inconnu à bord de tous les types de bateaux et pratiquement sans aucune information météorologique. Un scénario qui fait le bonheur des médias et le public tremble à l'écoute de conversations radio presque inaudibles captées au beau milieu de l'océan. C'est ainsi que Éric Tabarly sort de l'ombre en surgissant du brouillard devant Newport le 18 juin 1964, à bord de Pen Duick II, un ketch de 13,6 mètres, dont le pilote automatique est tombé en panne au bout de 8 jours de mer. Le navigateur ne sait pas qu'il est en tête mais remporte la course au terme d'une traversée de 27 jours. Il s'impose devant l'Anglais Francis Chichester, vainqueur de la première édition 

de 1960 en plus de 40 jours ! La course au large résonne alors pour la première fois en France. Tabarly devient un héros national et Charles de Gaulle lui remet la Légion d'Honneur. Un autre Français, Alain Colas l'emporte en 1972. En 1976, la flotte hétéroclite culmine à 125 bateaux. Colas arme l'immense Club Méditerranée, long de 72 mètres, tandis que Tabarly signe une deuxième victoire, en menant Pen Duick VI, un bateau conçu pour l'équipage. 

Débute ensuite l'ère des multicoques avec la consécration de l'américain Phil Weld puis ce fût une longue série de succès français avec celui de Yvon Fauconnier en 1984, Philippe Poupon en 1988, Loïck Peyron en 1992 et 1996, Francis Joyon en 2000 et Michel Desjoyeaux en 2004. Après une édition 2008 réservée aux monocoques de 60 et 50 pieds, où Loïck Peyron décroche un troisième titre, la course n'a pas lieu en 2012, faute de budget. Cette édition 2016 se présente donc comme celle de la renaissance. Avec une organisation franco- britannique et un plateau d'une vingtaine de bateaux, The Transat fait peau neuve et se prénomme désormais The Transat bakerly

10 victoires sur 13 sont françaises
1960 – Sir Francis Chichester (Gipsy Moth III) / 40 j 12h 30 min
1964 – Eric Tabarly (Pen Duick II) / 27j 03h 56 min
1968 – Geoffrey Williams (Sir Thomas Lipton) / 25 j 20h 33 min
1972 – Alain Colas (Pen Duick IV) / 20j 13h 15 min
1976 – Eric Tabarly (Pen Duick VI) / 23j 20h 12 min
1980 - Phil Weld (Moxie) – 17j 23h 12 min
1984 – Yvon Fauconnier (Umupro Jardin) / 16j 6h 25 min
1988 – Philippe Poupon (Fleury Michon IX) / 10j 09h 15  min
1992 – Loïck Peyron (Fujicolor) / 11j 01h 35 min
1996 - Loïck Peyron (Fujicolor) / 10j 10h 05 min
2000- Francis Joyon (Eure-et-Loir) / 9j 23h 21 min
2004 – Michel Desjoyeaux (Géant) / 8j 8h 29 min
2008 - Loïck Peyron (Gitana Eighty) / 12j 11h 45 min

L'épique édition 2008

Baptisée alors Artemis Transat, la dernière édition de la plus ancienne des transatlantiques est marquée par une météo violente sur le début de course. Plusieurs abandons sont à déplorer, dont celui de Sébastien Josse à bord du monocoque BT, victime d'une avarie de rail de mât alors qu'il mène largement la danse en tête de flotte. Vincent Riou doit lui se résoudre à abandonner son PRB suite à une collision avec un requin pèlerin qui a endommagé sa quille. La direction de course demande à Loïck Peyron de se dérouter pour aller porter secours à son concurrent. Le baulois réussit à récupérer Vincent Riou sain et sauf à bord de Gitana Eighty et creuse son avance en tête de la flotte. Loïck Peyron l'emporte à Boston avec une traversée de 12 jours, 11 heures et 45 minutes, soit quatre semaines de moins que la première de Sir Francis Chichester en 1960. Après Mike Golding en 2004, le skipper de l'écurie Gitana établit ainsi le nouveau et actuel record de l'épreuve en monocoque.

Partager cet album photo






Articles suggerés